Le Fonctionnement du service d’eau

Les ressources

Depuis le 1er janvier 2012, le Syndicat Intercommunal d’Assainissement et d’Eau Potable de la Presqu’Ile de Rhuys a mis à disposition ses installations de production à Eau du Morbihan et lui achète la totalité de son eau (www.eaudumorbihan.fr)

Pour notre secteur, les trois ressources sont :

Treffléan – Usine du Marais

L’usine de traitement, mise en service en 2017, de capacité nominale 400 m3/h traite l’eau brute en provenance d’une retenue d’eau superficielle de 700 000 m3.

Dotée d’une filière de traitement moderne
et performante, capable de produire
8 000 m3 par jour d’eau potable, l’unité
Le Marais est une infrastructure conçue pour
faire face aux variations de la qualité de
l’eau du barrage de Trégat.

Télécharger la brochure

 

Treffléan – Captage de cran

Le captage de Cran a été mis en service en 1955. L’eau est captée au niveau de deux puits, reprise par deux groupes immergés, neutralisée et désinfectée. Sa capacité nominale est de 80 m3/h et 1900 m3/j maximum.

Réservoir de Tête

L’eau traitée est dirigée vers les réserves de Cran (2 x 2 000 m3) puis relevée pour la partie nord du syndicat vers le château d’eau de Quiban à Sulniac (2 000 m3).

La distribution

Pour assurer la distribution de l’eau potable jusqu’au robinet du consommateur, le Syndicat Intercommunal d’Assainissement et d’Eau Potable de la Presqu’Ile de Rhuys dispose d’un maillage de quelques 933 km de réseaux ainsi que d’une capacité de stockage de 4 000 m3.

Le réseau de distribution se décompose ainsi :

  • 933 009 mètres linéaires de canalisations de distribution
  • 34 718 branchements
  • 34 099 compteurs qui sont la propriété de la collectivité et régulièrement renouvelés : En 2016, 30% des compteurs ont moins de 6 ans.

La capacité de stockage dans le périmètre du Siaep de Rhuys est répartie sur 6 réservoirs et une bâche de reprise situés sur les communes suivantes :

  • SULNIAC : Réservoir de la Salle de 250 m3
  • SULNIAC : Réservoir sur tour de Quiban de 2 000 m3
  • SULNIAC : Réservoir semi-enterré de Kerbertho de 200 m3
  • SURZUR : Réservoir sur tour du Bourg de 300 m3
  • SARZEAU : Réservoir sur tour de Bodérin de 200 m3
  • TREFFLEAN : Réservoir semi-enterré de Cran de 2 x 2 000 m3
  • ST GILDAS DE RHUYS : Bâche de reprise de Gouezan de 3 000 m3

En période estivale deux surpresseurs permettent de relever la pression vers les communes d’Arzon, Saint Gildas de Rhuys et Sarzeau.

La qualité

L’eau potable est encadrée par des normes drastiques et subit plus de 310 000 contrôles officiels par an sur le territoire national. Ainsi, c’est le produit alimentaire le plus contrôlé.

La qualité de l’eau potable est soumise à 2 types de contrôle :

Un contrôle sanitaire

Ce contrôle relève de la compétence de l’Agence Régionale de Santé (anciennement DDASS). C’est un contrôle règlementaire portant sur l’ensemble du système de distribution : points de captage, stations de traitement, réservoirs et réseaux de distribution.

Les échantillons d’eau sont prélevés aux différents points de contrôle et analysés par des laboratoires agréés par le ministère chargé de la Santé.

La nature et la fréquence de ces analyses sont fixées par arrêté préfectoral.

Les résultats de ces analyses sont rendus publics par affichage dans les mairies. Une synthèse concernant votre secteur est jointe à votre facture annuelle.

Ils peuvent aussi être consultés sur le site internet de l’ARS :

http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable

Une surveillance de l’exploitant

La société SAUR, exploitant du réseau d’alimentation en eau potable est en charge de la surveillance de la qualité de l’eau sur le réseau de distribution. Le périmètre comprend 15 points de contrôle répartis sur les 14 communes du SIAEP.

Ces autocontrôles permettent de vérifier le respect des limites de qualité imposées ou conseillées par la règlementation ainsi qu’une certaine réactivité afin de gérer au mieux l’efficacité du traitement et garantir ainsi la qualité des eaux distribuées.

Chaque année, le Syndicat Intercommunal d’Assainissement et d’Eau Potable établit un Rapport sur le prix et la qualité du service qui est présenté aux conseils municipaux de chaque commune adhérente.

Les analyses réalisées en 2016 sont 100% conformes aux limites de qualité en vigueur. (voir le rapport annuel du délégataire)